Un art

Publié le par Keupone-in-grey

Depuis que la solitude s'est terrée dans mon jeune crâne, j'ai appris à apprécier la compagnie de la musique et ce pour plusieurs raisons. D'abord parce qu'elle n'a rien d'un simple loisir basé sur la stimulation du divertissement. Elle est tissée sur une mathématique tout aussi admirable que celle que l'on apprend à l'école, d'ailleurs Pythagore à démontré l'existence des accords à travers une théorie purement scientifique. Mais aussi parce qu'elle semble infiniment puissante et variée, délivrant l'Homme à son inhibition émotive.

Sans doute le premier musicien fut traité comme un Dieu :on immola pour lui toutes les créatures terrestres qu'il désira afin qu'il trouve l'inspiration qui lui était nécessaire et pour que la musique nous parvienne aujourd'hui si pure, il devait faire sacrifier les plus beaux êtres vivants de la nature. Les adorateurs, toujours plus nombreux, étaient envoûtés dès les premières notes de la mélodie, qui ne cessait de s'épanouir, toujours plus intelligente, plus créative. Les disciples décoraient l'environnement dans lequel évoluait le musicien de magnifiques parures afin de protéger son art naissant. Que serait le monde quand l'Être nouvellement talentueux viendrait à mourir et à emporter avec lui le son magique qu'il créait? On ne tarda pas à l'imiter et à prétendre avoir le même dont que lui, si bien que plusieurs personnes possédèrent le savoir musical. Les humains et les animaux sacrifiés se firent plus rares, à qui bon assouvir les désirs divins de ces charlatans ? Ils n'étaient pas plus immortels que vous et moi, seul leur art, lui resta un cadeau offert par la nature. Si bien sûr, il lui arrive d'offrir aux humains. Elle a peut-être simplement doter l'Homme du savoir-prendre-plasir. Car l'animal, lui, ne semble rien ressentir lorsqu'on le plonge dans un ambiance musicale, quelque soit l'exactitude avec laquelle on s'exerce à la faire sonner.

Tapis dans un coin d'ombre, n'observant que la lumière lointaine, portés par une musique talentueusement jouée et richement composée, le bonheur, la tristesse, la colère et quelques diverses émotions se consument sur le morceau de notre choix. Je constate amèrement que nous sommes fragiles au point d'être transformés par ce que certains désigneraient injustement comme un simple bruit continu et diversifié, tandis qu'il est une science peu maîtrisée par de simples humains. Il s'agit la de la science de l'influence de notre environnement sur nos esprits.

 

Jusqu'où les personnes qui nous entourent sont-elles capables de l'utiliser ? Accompagnée de quel art, et dans quel but ? Les médias ne sont-ils pas assez doués pour utiliser les arts à des fins obscures ? Si une musique effrayante sur une image tout aussi effrayante peut nous faire tressaillir de peur, alors que feront les autres sortes d'assemblages d'émotions ? Une musique agréable, avec des images et une perception agréable nous tromperait, un message dissimulé ce cacherait derrière ce monde qui nous envahiraient par le biais de nos sens... Nous sommes décidément des êtres pitoyablement faibles.

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article